Cinélégende

accueil > archives > > programme 2018-19> Retour à la terre-mère

 

retour à la terre-mère

mardi 26 février, 20h15 : Film
L'Homme tranquille  (USA, 129 min.) de John Ford, avec présentation et débat en présence de Louis Mathieu

Cinéma Les 400 coups, 12, rue Claveau, Angers

Tarifs habituels aux 400 Coups : 8 €, réduit 6,50 €, carnets 5,30 € ou 4,70 €, moins de 26 ans 5,90 €, moins de 14 ans 4 € - tarif groupe, les matins  également, sur réservation (02 41 88 70 95) : 3,80 €

jeudi 28 février, 18h30 : Conférence
Heureux qui comme Ulysse… Le mythe du retour aux origines, par Geoffrey Ratouis, historien

Gilgamesh, Ulysse, Simbad et tant d'autres héros de légendes ont inscrit leur nom au Panthéon en cherchant, après moult aventure, le chemin qui les mènerait à des rivages plus paisibles. Est-ce donc le rêve de tout aventurier que de retrouver ses pénates ? Et si le retour aux origines était, pour chacun de nous, la quête ultime ?
Institut Municipal, place Saint-Eloi, Angers
Gratuit

vendredi 29 février, 19h30 à 22h : Atelier d'écriture, avec Véronique Vary de l'association Passez-moi l'expression !
Roman .
La Marge, 7 rue de Frémur, Angers
Ouvert à tous : novices ou plus expérimentés
12 euros l'atelier
Renseignements et réservations : 02 41 86 70 80 - varyveronique@hotmail.com


 

Commentaires

Textes de Philippe Parrain

Alors que, dans nos précédentes manifestations, Fedora ne parvenait pas à échapper à sa prison insulaire, et que Lola aspirait à larguer les amarres, le héros de L'Homme tranquille décide de revenir s'enraciner sur son île natale.

On pourrait croire que l'urbanisation a désormais éradiqué le sentiment d'appartenance à une terre. La montée des nationalismes semble pourtant contredire cette idée, tandis que les supporters de foot ou les jeunes des cités revendiquent farouchement leur territoire comme autrefois on défendait l'honneur de son village.

Inévitablement on appartient à un lieu, et l'on se retrouve de ce fait placé sous la protection de quelque figure tutélaire, ou simplement rattaché à des traditions qui nous enracines et nous fortifient, de la même façon qu'Antée devait reprendre contact avec sa mère, la Terre, afin de régénérer sa vigueur.

L'Homme tranquille

Sean O'Feeney, né en Amérique de parents irlandais, réalise, sous le nom de John Ford, près de 130 films, dont nombre de westerns immortels (La Prisonnière du désert, La Conquête de l'Ouest, L'Homme qui tua Liberty Valance…) et de poignantes chroniques humaines et sociales (Le Mouchard, Les Raisins de la colère…). Il s'est toujours attaché à mettre en scène, jusque dans les seconds rôles, de fortes personnalités, pittoresques, tendres et généreuses, toujours éprises de justice.

Qu'il s'agisse des pionniers prenant racine dans l'Ouest ou des Indiens relégués dans les réserves, des paysans chassés de leurs fermes ou des indépendantistes de l'IRA, il a toujours parlé d'appartenance : appartenance à la terre, au foyer, à la famille, à la communauté…, dont le symbole reste la Mère, ou à tout le moins une figure féminine.

L'Homme tranquille représente aussi bien, pour Ford lui-même, un retour au pays, la revendication d'un patrimoine tout empreint de chaleur humaine et d'humour, d'une connivence et d'une joie de vivre communicatives, en marge des drames qui agitaient l'Irlande et qui pesaient lourdement sur son autre film Le Mouchard.

Oscar du meilleur réalisateur en 1953, le film a été l'un des plus grands succès de Ford, aussi bien critique que public.

Programme 2018-19

 

l'homme tranquille

USA, 1959 - 129 minutes - couleurs - VO

Réalisation : John Ford
Scénario : Frank S. Nugent, d'après le roman The Green Rushes de Maurice Walsh
Image : Winton C.. Hoch
Musique : Victor Young
Interprètes : John Wayne (Sean Thornton), Maureen O'Hara (Mary Kate Danaher), Victor McLaglen (Will "Red" Danaher), Barry Fitzgerald (Michaleen O'Flynn), Ward Bond (le père Peter Lonergan)

SUJET
Responsable de la mort de son adversaire au cours d'un combat, le boxeur Sean Thornton décide d'abandonner sa carrière en Amérique pour retourner dans son Irlande natale et y couler des jours paisibles. Il veut racheter son cottage familial, mais se heurte à l'hostilité de Will "Red" Danaher qui le convoitait. Leurs rapports vont encore s'envenimer lorsque Sean courtisera Mary Kate, la sœur de Will. Le conflit prend des proportions homériques et galvanise toute la communauté villageoise.